Me v’là dans le Monde. De la difficulté d’être écolo. Nouvelles du 4-4. Et des châtaignes.

1. Dans le Monde Education daté 10 novembre, je suis citée dans un article de Benoît Floc’h sur les grandes écoles (cf ouvrage ci-contre écrit avec Thomas Lebègue et paru il y a un an).
L’article s’intitule "L’élite concède une place aux milieux populaires".

Sélectionnez un passage du texte et twittez-le directement

Rigolo : pendant l’enquête, Thomas et moi avions été surpris par le militantisme pro-université assez radical de Valérie Pécresse, pourtant HEC-ENA elle-même. Apparemment, cette obstination perdure et déstabilise sacrément le monde des grandes écoles (voir l’article de Philippe Jacqué, l’un des journalistes qui signe ce dossier) !

2. Dans l’Express, un article sur les obsessions et difficultés de la vie en vert, et sur la manière dont un couple peut s’étriper sur le sujet. Bien sûr. Evidemment. Ca pourrait faire un film.

3. Cette sentence atroce venue du Wild West. Qu’est-ce qu’un bon Indien ? Un bon Indien est un Indien mort. Venue de mon Sauvage Ouest à moi, j’en ai une bien bonne. Qu’est-ce qu’un 4-4 qui ne pollue pas ? Un 4-4 qui est en réparation depuis dix jours, pardi. Eh oui. Hi hi hi.

4. A côté du frigo, un panier rempli à bloc de châtaignes amoureusement ramassées dans un pré vallonné qui m’est cher, de ceux qui ravissent l’oeil ; un pré avec un magnifique gros arbre noueux planté en son milieu, un arbre noueux où un rouquin de 12-13 ans, fils d’une éleveuse du coin, avait installé son sac de couchage, des vieux journaux, des livres, un ours en peluche, et découvrir ce nid nous avait fait l’impression d’un viol de domicile.

Donc, les châtaignes sont là, et il faut d’urgence que je leur trouve un usage autre que les quelques-unes qu’on grille le soir, et pour ce faire, il me faut lire la rubrique pratique d’un journal dont je reparlerai, soit le vademecum de la néo/bobo rurale, L’Esprit Village.


Soutien maximal à Marie NDiaye. http://www.lesinrocks.com/actualite/actu-article/t/1257963000/article/marie-ndiaye-je-persiste-et-signe/.

Eric Raoult veut régenter la vie intellectuelle française. Que dire ? Rien, c’est mieux.


Vos commentaires

  1. Clémentine

    Hello Emmanuelle, j’étais stagiaire au ParisObs il y a mille ans (sept.2006) et je me demandais où en étaient les journalistes après la fermeture. Contente de te lire ici ! take care,